top of page

Si j'étais un garçon

Dernière mise à jour : 25 avr. 2023

« Si j'étais un garçon on me dirait que je suis aussi fort qu'un super-héros.

Si j'étais un garçon on me dirait que j'ai cours vite et que j'ai des muscles.

Les adultes mettraient en avant mon courage.

Si j'étais un garçon on me dirait qu’il ne faut pas que je pleure.

On dirait que je peux affronter tous les dangers et vaincre tous les méchants.

Si j'étais un garçon on m’autoriserait à ne pas être tout le temps très poli et on ne me gronderait pas si je rentrais dans les bagarres.

Si j'étais un garçon je serais habillé avec des habits qui me permettent d'explorer mon corps, de grimper, sauter et faire plein de choses.

Si j'étais un garçon et que j’avais peur les gens me diraient que je suis fort pour les affronter. »



Salut toi ! Tu sais quoi, quand on a trois ans, on a souvent peur de plein de choses. C'est normal, on découvre que le monde peut parfois être un peu effrayant et ça nous fait peur. Des fois, on a peur de vraies choses, et d'autres fois, on a peur de choses qui n'existent pas, comme les monstres sous le lit ou les fantômes dans l'armoire.





Mais sais-tu quoi ? Parfois, on devient accro à la peur. On cherche à se faire peur encore plus, avec des histoires super effrayantes. Et on est tellement dedans qu'on commence à raconter à tout le monde qu'on a combattu des méchants, des sorcières, des dinosaures... On est comme des super-héroïnes !




Mais tu sais quoi, parfois, les adultes ne nous aident pas trop. Les garçons ont plus de chance que nous, les filles. Quand un garçon raconte qu'il a vaincu un dragon, les adultes vont le féliciter et l'encourager à continuer.



Mais quand une fille dit qu'elle a peur, on va plutôt la rassurer, lui dire que tout va bien se passer, qu'elle est en sécurité. On a l'impression qu'on est des petites choses fragiles.




Mais ça, c'est pas vrai ! On est des vraies guerrières, des super-héroïnes en devenir !




Les adultes doivent nous encourager, nous aider à nous sentir fortes et confiantes, pas juste nous rassurer. Ils doivent nous donner les outils pour se défendre, pour se sentir en sécurité.





Et si on se fait harceler ou taper, on peut apprendre à se défendre toute seule, à utiliser notre force et notre intelligence pour régler le problème. Alors ma copine, soyons courageuses et déterminées, on est des vraies super-héroïnes !

Et aux adultes, demandons-leur : "Comment réagirais-tu si j'étais un garçon ?"

Pour les adultes:

Vous pouvez aussi les accompagner avec des livres qui mettent en scène des héroïnes fortes qui ont la capacité d’affronter ses peurs, comme Louise ou Julia.


Pour aller plus loin: si la problématique du genre vous intéresse, vous pouvez assister à la formation " Jeux de garçon/Jeux de filles" sur Zoom.

Les dates sont sur la page Formations.












1 187 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page