Si j'étais un garçon

Dernière mise à jour : 26 oct.

« Si j'étais un garçon on me dirait que je suis aussi fort qu'un super-héros.
Si j'étais un garçon on me dirait que j'ai cours vite et que j'ai des muscles.
Les adultes mettraient en avant mon courage.
Si j'étais un garçon on me dirait qu’il ne faut pas que je pleure.
On dirait que je peux affronter tous les dangers et vaincre tous les méchants.
Si j'étais un garçon on m’autoriserait à ne pas être tout le temps très poli et on ne me gronderait pas si je rentrais dans les bagarres.
Si j'étais un garçon je serais habillé avec des habits qui me permettent d'explorer mon corps, de grimper, sauter et faire plein de choses.
Si j'étais un garçon et que j’avais peur les gens me diraient que je suis fort pour les affronter. »


Accompagner les filles à travers la période des peurs


C’est normal pour tous les enfants, vers 3 ans, que les peurs arrivent.


Ils se rendre compte, enfin, que le monde peut être dangereux et qu'il y a des choses pas très cool qui peuvent leur arriver.

Ils commencent à avoir peur d’un tas de choses.





Des choses qui existent mais aussi des choses qui n'existent pas

Le sentiment de peur vient souvent accompagnée par une décharge d’adrénaline, et cela peut être vite addictif pour certains. Dans ce cas, l’enfant commence à chercher à se faire peur.

Il devient accro à cette sensation et veut de plus en plus des histoires et récits avec les éléments qui le terrorisent.




On peut identifier aussi que l’enfant est dans cette période par rapport à son discours : il va raconter, par exemple, qu'il y a un méchant qui est venu chez lui, ou une sorcière ou des dinosaures, et qu’il s’est battu contre eux, ou que les a tués.


Une fois que l'adulte a identifié que l’enfant est dans cette phase, il faudra faire un travail d'accompagnement pour l’aider à la traverser sereinement.


Mais ce dont j’aimerais vous rendre vraiment attentifs est que ce travail est fait de façon beaucoup plus facile et naturelle auprès des petits garçons.

Pour les filles, c’est un peu plus galère.

Si un garçon vient nous dire qu'il est un super héros ou qu'il a tapé un monstre, l’adulte va valider son récit très facilement et l’encourager.



Une fille va être vite découragé et les adultes vont lui faire comprendre que ces choses ne sont pas pour elle. On va plutôt dire qu'elles n'ont pas besoin d'avoir peur, qu’on sera toujours là pour la protéger, il n'y a rien de méchant, que c'est dans sa tête et ainsi de suite. On va plutôt nier ses raisons d’avoir peur, minimiser, et dire que vraiment, si besoin ,elles peuvent compter sur nous.



Le résultat est que les filles auront beaucoup plus de peine à traverser cette période, avec plus tendance à faire des cauchemars, voir des terreurs nocturnes, et de ne pas avoir assez d'assurance en elles.




Alors comment accompagner les filles pendant cette période ?

La première chose qui est très importante est se rendre compte que les filles n'ont pas besoin qu'on les rassure : elles ont besoin de se sentir elles-mêmes en pouvoir se rassurer.

Il faut, donc, les encourager, en valorisant leur force, leur courage, pour qu’elles puissent sentir qu'en cas de danger qu'elles pourront l'affronter par elles-mêmes et qu'elles n’ont pas besoin d'une aide extérieure.





Il faut autoriser les filles à chercher les moyens pour se défendre.



Si elle se plaignent que se font taper au harceler, plutôt que le dire systématiquement qu'il faut qu'elles cherchent une aide externe il faudrait plutôt lui dire qu'elle a les compétences la force et l'intelligence nécessaire pour régler son problème tout seul et lui donner des astuces.


N’hésitez pas à valoriser comportement des filles dans le sens où elle peut se sentir forte, courageuse et intrépide.

Astuce: posez-vous la question "que dirais-je dans cette situation si c'était un garçon?"

Vous pouvez aussi les accompagner avec des livres qui mettent en scène des héroïnes fortes qui ont la capacité d’affronter ses peurs, comme Louise ou Julia.


Pour aller plus loin: si la problématique du genre vous intéresse, vous pouvez assister à la formation " Jeux de garçon/Jeux de filles" sur Zoom.

Les dates sont sur la page Formations.












924 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout